MOTION "Parcoursup" du département d'anthropologie

Publié le 8 février 2018 Mis à jour le 8 février 2018
Date(s)

du 8 février 2018 au 20 juillet 2018

le 30 janvier 2018

Les membres du département d’anthropologie, après avoir pris connaissance des modalités de la réforme de l’accès à la première année de licence (loi ORE) et du dispositif « Parcoursup », souhaitent exprimer leur inquiétude et attirer l’attention des instances sur les points suivants :

1. La précipitation et le manque d’information qui caractérisent la mise en œuvre de cette réforme ne permettent pas au département d’en anticiper les étapes, notamment l’organisation des commissions qui évalueront les demandes d’admission. La fin de la hiérarchisation des vœux et la poussée démographique laissent présager une très forte augmentation du nombre de vœux reçus, qu’il faudra traiter en « vagues » successives dans des délais très courts.

2. En l’état actuel, le département d’anthropologie ne dispose pas des moyens nécessaires à la mise en place des commissions chargées d’étudier les dossiers (notamment l’examen individualisé des fiches avenir), de les classer, et de les catégoriser en « oui » et « oui, si », selon les modalités prévues par la réforme. La mise en place du dispositif « Parcoursup » nécessite entre autres une revalorisation des charges pour fonction allouées aux commissions pédagogiques.

3. Les membres du département s’interrogent enfin sur la mise en place de l’accompagnement des étudiants acceptés en « oui, si ». Le contenu de cet accompagnement et son financement n’ont fait l’objet jusqu’à présent d’aucune communication de la part de l’Université. Sans moyens supplémentaires, le département ne pourra mettre en place l’accueil personnalisé et les heures de tutorat prévus par la réforme.

Pour : 17

Contre : 0

Abstention : 2

Mis à jour le 08 février 2018