• Publication (fiche article uniquement),

[Publication] Des spécialistes du religieux à mi-temps ? - Terrains/Théories n°15

Publié le 30 août 2022 Mis à jour le 30 août 2022
Terrain15
Terrain15

Par Adeline Herrou et Sylvie Pédron-Colombani Terrains/Théories n°15, 2022, [en ligne]

Date(s)

le 30 août 2022

Il est des vies entièrement consacrées à l’activité religieuse, des figures bien connues et souvent emblématiques des différentes religions institutionnalisées – le prêtre, le pasteur, l’imam, le rabbin, le moine, le yogi, le chamane, le fakir, le lama, le renonçant, l’ermite, etc. Il est aussi des ritualistes, des devins, des exorcistes, des marabouts, des voyants, des barreurs de feu, etc. qui s’adonnent à leur activité, tout en ayant par ailleurs un autre métier, plus classique peut-être : ingénieur, charpentier, peintre, électricien, agriculteur. Il est enfin des personnes qui empruntent aux spécialistes certaines de leurs attributions, à leurs heures perdues, sans nécessairement se réclamer comme tels : des laïcs qui les remplacent (en partie) en cas d’absence (ou de manque) de religieux en titre, des musiciens qui, parfois contre toute apparence, jouent le rôle de spécialistes rituels. Autrement dit, il est un certain nombre de rôles tenus pour « religieux » ou aux abords du religieux qui nécessitent (ou pour le moins n’excluent pas) un cumul avec de toutes autres activités. Les raisons de la pluriactivité peuvent être multiples : quand il faut « travailler » par ailleurs, quand les rituels ou activités religieuses ne se font que de façon ponctuelle, quand il est difficile (ou contraire à une certaine éthique) de se faire payer pour de tels « services » – ou que la rémunération est considérée comme susceptible de causer la perte du don ou encore d’entacher l’engagement dévotionnel – et qu’il faut gagner sa vie par ailleurs, ou encore quand en contexte de crise politique ou de migration, certaines activités ne sont plus possibles et leurs responsables obligés d’embrasser d’autres métiers. Des officiants « à mi-temps » en quelque sorte. Ce sont ces spécialistes qui retiennent notre attention dans ce numéro de Terrains/Théories.

Mis à jour le 30 août 2022