Le temple en Asie

Grégory Delaplace & Adeline Herrou

Publié le 11 janvier 2014 Mis à jour le 12 septembre 2016
Les temples d'Asie, comme nombre de lieux de culte partout ailleurs, se réduisent rarement à leur fonction religieuse. Lieux d'échanges intellectuels et sociaux, de rassemblement populaire, lieux de pouvoir et parfois même de commerce, les temples asiatiques sont loin d'être de simples lieux de prière, ou d'offrir un cadre neutre à une liturgie tout entière tournée vers le salut et la délivrance des fidèles.
Sur la base d'études de cas précis, en l'occurrence cette année les temples bouddhiques de Mongolie et les temples taoïstes de Chine, il s'agira ainsi d'envisager ces lieux comme des nexus d'institutions et de relations sociales, politiques, économiques – et bien entendu religieuses. Il s'agira, autrement dit, de prendre le temple comme un point de perspective ethnographique sur le reste de la société au sein de laquelle il prend place. Cela nous amènera également, chemin faisant, à nous interroger sur la spécificité du temple en tant que lieu de culte et ainsi de s'interroger sur sa définition en tant que concept anthropologique. La catégorie "temple", autrement dit, peut-elle s'appliquer à d'autres types de lieux (cairns, lieux de célébration d'une "modernité" sécularisée, etc.) que l'on avait pas coutume de nommer ainsi, mais qui en partagent les caractéristiques?

Les cours ont lieu au premier semestre, le mercredi de 9h à 11h, en salle E104. Les six premières séances sont assurées par Grégory Delaplace, sur les temples bouddhistes de Mongolie, et les six suivantes par Adeline Herrou, sur les temples taoïstes de Chine.

L'évaluation des étudiants prenant part à cet enseignement se fait sur la base d'une synthèse raisonnée de textes autour d'une thématique au choix parmi plusieurs proposées, en lien avec le cours (consécration, guérison, rituel, corps, par exemple). La liste des thèmes proposés et les bibliographies correspondantes seront communiquées la semaine précédant les vacances de la Toussaint. Ces travaux sont à rendre par e-mail le 2 janvier 2017 au plus tard.

Mis à jour le 12 septembre 2016